Canard WC #7 MEGAHEX

MEGAHEX

Quand j’ai chopé Megahex et que je l’ai lu pour la première fois, je ne savais absolument rien à propos de ce bouquin ou de son auteur, Simon Hanselmann. Je me suis plongé sans aucune difficulté dans cet univers de stoners déglingués et décadents qui pourtant m’ont fait me sentir plus que jamais adulte. En effet, on fait très vite connaissance avec les personnages de Megg, Mogg et Owl, qui sont, dans l’ordre, une sorcière, un chat et une chouette qui vivent ensemble et fument de joints, boivent de l’alcool et se font de vilaines blagues tout en baisant salement dans tous les coins.

J’avoue qu’au début, je les ai un peu jugés ces personnages et n’ai pas réussi vraiment à ressentir de l’empathie. Pourquoi? Tout simplement parce que je ne me reconnais plus dans cette jeunesse la. Je ne veux plus jamais faire des teufs comme ils le font. Je ne veux plus jamais être confronté à leurs problèmes et leurs dilemmes. Puis peu à peu, j’ai commencé à ressentir leur détresse. Par le personnage de Owl notamment, qui est le souffre douleur du groupe, puis plus tard, par la mise en images de la profonde déprime qui traverse chacun des personnages.

768974tumblrmii9gabpTL1ru22woo11280

J’ai découvert après le trajet en métro où j’ai commencé à lire cette BD que son auteur est aussi un crossdresser qui se sent homme et femme et du coup, j’ai beaucoup mieux compris sa démarche d’ambivalence sexuelle de ses personnages. De plus son enfance a été relativement difficile avec un père parti et une mère droguée qui l’a élevée seule, les comics étant souvent son seul échappatoire.

Le patron du blog a dit aujourd’hui qu’il fallait un article pour demain. Du coup, je me suis lancé dans la relecture de ce petit bijou qui ne ressemble à rien d’autre que j’ai pu lire et qui m’a fait autant rire que pleurer pour pouvoir vous en parler.

Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir, et aussi parce que je trouve que Megahex dit très bien ce qu’il a à dire sans qu’on ait besoin de le commenter ou le paraphraser. Choppez le, téléchargez le, volez le, obtenez le comme vous le voulez, mais de grâce, lisez le!

Des poutous.