CANARD WC #8: SUPERGODS

De brèves chroniques sur ce que je lis aux chiottes.

super-gods

Grant Morrison m’énerve. Ce mec est un génie qui faisait à une époque les comics les plus novateurs avec des trucs comme Doom Patrol, The Invisibles, etc. et a décidé depuis quelques temps de se cantonner à faire des BD de gens en collant et à le faire de manière pas super géniale. Plein de gens crient au génie pour son Superman fait avec Quitely, mais ce n’est qu’une redite de l’histoire du héros de manière post-moderne avec des dessins beaux à tomber.

Cela étant dit, j’ai lu récemment son roman Supergods qui parle de l’histoire de la bande dessinée telle qu’il la voit, et j’ai été agréablement surpris. Dès les premières pages, il parle de son enfance et de la peur de la bombe atomique, disant qu’en découvrant Superman, il s’est rendu compte que l’Idée de Superman était plus forte que celle de la Bombe et que depuis, il n’a eu de cesse d’explorer cette mythologie. Le mot est lâché: Mythologie.

Dans son livre, en plus de donner des faits sur l’avancée du genre super-héroïque, il réussit à parler aussi de lui et de cet inconscient collectif Jungien auquel appartiennent aujourd’hui, ce qui donne un réel point de vue sur la chose. Pour les gens qui connaissent l’histoire du genre, le livre reste du coup très intéressant, et pour ceux qui n’y connaissent rien, il l’est d’autant plus qu’il informe tout en donnant un regard fort sur cet art.

Une lecture saine qui se lit comme un rien et que je conseille à tous les curieux.

De plus, si vous voulez lire des trucs qu’à fait Morrison, je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur ses Doom Patrol, le meilleur truc de gens avec des pouvoirs jamais fait.

Des poutous.