Unbreakable Kimmy Schmidt

Unbreakable Kimmy Schmidt, c’est une série dont tous les épisodes ont été mis à disposition sur Netflix il y a une dizaine de jours. Je les ai bouffés en deux jours.

De quoi ça parle?

De trois femmes qui ont été enfermées pendant quinze ans dans un bunker par un révérend taré qui leur a fait croire que dehors, l’Apocalypse avait eu lieu. Lorsque la série commence, ces femmes sont retrouvées par la police et découvrent un monde qui a bien changé.

unbre_s1_011_h-1425583130

La série suit l’une d’entre elles, Kimmy, qui décide de rester à New York et s’adapter réellement à ce nouvel univers. Ainsi, elle trouve un boulot chez une riche femme new-yorkaise et s’installe en colocation avec Titus, un homme noir et homosexuel.

A travers la comédie, la série nous montre notre monde vu par les yeux d’une femme qui découvre la liberté, une liberté qu’elle n’a pas eue. Ce qui permet d’explorer plusieurs thématiques comme la société patriarcale, le rapport des femmes au monde et le rapport du monde aux femmes. Tina Fey (30 Rock, Saturday Night Live, etc.), créatrice de la série de s’en cache pas quand dès le générique de début, on nous dit « Females are strong as hell » (« Les femmes sont plus fortes que tout »).

Au delà de tous ces thèmes et bien d’autres, la série est hilarante, surréaliste par moments et propose un univers qu’on connaît à travers un regard original qui nous séduit des les premières secondes.

La gloire ne va pas qu’aux scénario et aux dialogues, mais aussi aux talent des comédiens et comédiennes de la série, Ellie Kemper en tête, qui réussissent à nous faire croire à ces personnages et ces situations et ces intrigues parfois presque abstraites tant on touche souvent l’absurde.

Je ne veux pas trop vous en dire, et vous remarquerez qu’à part le pitch de base de la série, je ne vous ai rien dit tout simplement parce que je m’en voudrais de vous gâcher ne serait ce qu’une seconde de ce petit bijou de comédie qui m’a fait rire, sourire et m’émouvoir.

Je vous invite à regarder cette série, à dévorer comme moi ces 13 épisodes et en parler autour de vous. Elle le mérite bien.

Sur cette courte chronique, je vous couvre de poutous et vous souhaite de manger de la glace dans les jours qui suivent.