Je Vous Présente Paul Pope

Récemment, je m’étais demandé avec un pote à moi quel(s) dessinateur(s) me rendaient faibles. Parce que certains me rendent totalement gaga et ils pourraient dessiner un truc co-écrit par Goebbels et Marc Lévy que j’achèterais quand même le truc.

La première réponse qui m’est venue je crois est Paul Pope.

Paul Pope

Vous connaissez Paul Pope?

Pour ceux versés dans la culture pop ayant trait à la BD, vous avez sûrement vu ou lu des trucs de lui ou au moins entendu parler, sinon, c’est qu’on ne vit vraiment pas dans le même monde. Du coup, je vais essayer de vous faire connaître le bonhomme au travers d’un recueil de ses premières oeuvres que j’ai eu le plaisir de lire ces derniers jours. J’espère vraiment que ça va vous donner envie, parce que sinon, je serais vraiment super triste et tout, et je pleurerais un peu.

Ce que j’aime avec ce dessinateur, déjà, c’est sa liberté: En effet, le mec a toute sorte de projets chez tout plein d’éditeurs ou de boites de pub et réussit à chaque occasion à imposer son style et son univers.

billboard_final

Paul Pope

Parlons d’ailleurs de son style et de son univers, de ce qui fait que je l’aime autant.

Il réussit à brasser un nombre incalculable de références au sein de son trait et ses thèmes de manière à ce qu’ils soient chacun reconnaissables, mais en même temps, homogènes. Au sein du même dessin, on pourra penser au dynamisme de Jack Kirby, au trait sauvage d’Hugo Pratt, à la folie des mangas japonais, ou encore à la classe absolue du trait d’Alex Toth.

De plus, Pope a une connaissance de la culture populaire qui me plait, en effet, il va souvent te montrer des univers de SF crédibles (ou pas) avec des relents de rétro-futurisme, il va te parler d’amour en s’inspirant de Shakespeare et a ses archétypes qui me plaisent (le jeune homme mutique un peu chelou et l’adolescente bavarde) et qui fonctionne hyper bien dans ce genre de fiction.

Ah oui, parce que j’ai oublié de vous le dire, mais sur la plupart de ses projets, c’est lui qui écrit. Je ne trouve pas que ce soit un très bon scénariste, d’ailleurs, à deux trois choses près, mais par contre, il réussit à insuffler de l’âme à chacun de ses personnages et va faire des BD hyper persos complètement régies par les sentiments et les ressentis de ses protagonistes.

paul-pope-thb-6

Et c’est ce qu’on a dès ses premières oeuvres qu’on retrouve dans ce recueil donc qui collecte une BD longue appelée « One Trick Rip-Off », un film noir en BD mettant en scène un gang aux pouvoirs mystiques et un de ses membres qui veut leur voler de l’argent pour disparaitre avec sa copine en leur faisant livrer de la bouffe avec de la morphine dedans, et tout un tas de courtes BD faites pendant ses différents voyages, parfois des adaptations de poèmes, parfois des tranches de (sa) vie et l’autre gros morceau du bouquin, Super Trouble, une histoire qui parle de trois adolescentes turbulentes qui vont dans un resto indien et organisent un concours de bouffe avec les serveurs.

Paul Pope

Paul Pope

C’est vraiment un beau recueil et un très bon point de départ si mes images et mes mots vous ont donné envie, ça te serre les tripes et le coeur et ça stimule le cerveau et l’imagination.

C’est sombrement romantique, c’est sauvage avec douceur, c’est dingue ce que Paul Pope me fait.

Je ne le connais pas, mais je l’aime d’un amour pur et infini.

Poutous.