Battling Boy de Paul Pope, Une Lecture à 6 Yeux

Y a quelques semaines, je vous avais parlé de Paul Pope, un de mes dessinateurs préférés du monde, vous vous souvenez?

Et bien je ne savais pas que je vous en reparlerais aussi tôt, mais il m’est arrivé un truc l’autre jour que j’ai super envie de partager avec vous!

J’étais dans le métro et venais de faire une correspondance entre la Ligne 3 et la Ligne 5 à République. J’étais assis sur les strapontins et je lisais Battling Boy, la BD pour ados écrite et dessinée par Pope.

battling-boy-cover-by-paul-pope

C’est vraiment joli, et ça revisite la mythologie des super héros de l’âge d’or mais en les remplaçant ici par des enfants de 12 ans aux prises à un monde quasi post apocalyptique bien cruel et rempli de méchants qui portent des cagoules, manient la tronçonneuse et kidnappent des enfants.

C’est tour à tout drôle, flippant, stressant, magique, dynamique.

Et bordel, qu’est ce que c’est beau!

Le héros de la BD est un jeune garçon d’une douzaine d’années envoyé sur Terre par son papa qui est un Dieu cosmique afin de suivre son initiation et pouvoir faire son passage à l’âge adulte en tuant des monstres. Ce garçon a un pouvoir spécial, il a une dizaine de t-shirts blancs avec un animal dessiné dessus, et à dépendant de celui qu’il met, il obtient les capacités, les forces et les faiblesses de cet animal. S’il met celui avec le T-Rex par exemple, il a plein de force dans les jambes, mais pas trop de souplesse et de force au niveau des bras. Mais même en plein combat, il garde son apparence: celle d’un jeune garçon blond avec les cheveux un peu ébouriffés.

90

Je suis donc assis dans le métro, et je lis ça. En relevant les yeux, je vois un enfant qui ressemble exactement au héros de la BD qui me regarde en souriant les yeux grands ouverts. Je lui demande s’il veut s’asseoir. Il secoue la tête de gauche à droite pour me dire que non.

Je lui demande s’il veut lire la BD, et là, surexcité, il secoue cette même tête blonde de haut en bas pour me signifier que oui, il est intrigué par la BD.

Je me pousse un peu afin de ne prendre qu’un coin de chaise, et il vient se poser à côté de moi, la BD entre ses mains, sous le regard attendri de son papa.

Il regarde attentivement chaque page et je les re-regarde avec lui pour une troisième fois (je l’avais déjà lue avant). Son papa vient s’asseoir avec nous lorsque la dame à côté de nous s’en va à sa station, et on est tous les trois à regarder ces sublimes planches de Pope.

Battling Boy Paul Pope

A un moment, je demande au gamin s’il aime bien. Il pense que j’allais descendre à cette station. J’ai compris qu’il ne parlait pas français, j’aurais du m’en douter par son « merci » avec un léger accent. Il me dit le nom du terminus, l’arrêt où il descend. Je lui montre sur le plan que je descends  deux stations avant lui.

Et on continue de regarder les images.

C’était super classe comme moment, vraiment.

Je ne sais pas si cet enfant lisait des BD régulièrement ou pas, mais sa fascination pour l’objet, les images et la narration graphique se voyait dans ses yeux, je connais ce regard, j’ai le même quand je parle de bande dessinée ou quand j’en découvre une qui me plait.

Je me suis demandé s’il allait plonger dans cet art de manière plus profonde, s’il allait avoir envie d’en créer, si un jour je lirai des trucs qu’il a écrit ou dessiné, ou s’il serait un lecteur assidu qui s’évaderait de la réalité qui l’entoure par le biais de la fiction.

Je me suis posé toutes ces questions, je lui ai fait signe que je devais descendre à cet arrêt là, il m’a rendu le livre, m’a serré la main, m’a souri, et son père a fait de même.

Voyant que je me posais encore ces questions plus tard dans la journée, je me suis dit que je vous en parlerais.

Ah, et au fait, pour moi, ma passion pour la BD est arrivée très jeune, chez le fils d’amis de la famille qui était bien plus vieux que moi. J’avais feuilleté des livres cartonnés de Batman chez lui, sans savoir que c’était le Dark Knight Returns de Frank Miller. J’avais déjà lu des Tintin et des Disney avant, mais c’est la première fois où j’ai eu l’impression de voir un art, de voir une représentation graphique autre, un tout nouveau degré de réalisme. Je ne les avais pas lu à l’époque, mais juste regardés plusieurs fois, longtemps. la graine était semée.

Paul Pope Battling Boy

Je vous fait des poutous.