Le Prométhée Post-Moderne

Le 16 Janvier 2016, on aura un nouvel épisode de la série X-Files avec évidemment le retour de David Duchovny et Gillian Anderson dans les rôles respectifs de Fox Mulder et Dana Scully détectives paranormaux pour le FBI.

x-files

J’ai beau me dire que c’est une idée à la con, plus la date s’approche, plus je me surprends à espérer un truc génial. Pourquoi? Tout simplement parce que X-Files est pour moi la série qui a posé les bases de la télévision moderne que ce soit dans le mode de narration ou la qualité supérieure par rapport à une Tv qui commençait à s’essouffler, parce que mon attachement aux personnages est sans comparaison possible avec d’autres personnages télévisés (sauf Tony Soprano, éventuellement), et parce qu’il y a des pics qui encore à ce jour n’ont jamais été égalé ou dépassés à la télévision.

Un de ces pics est l’épisode que je me suis rematé récemment et qui m’a foutu sur le cul.

Cet épisode s’appelle « Le Prométhée Post-Moderne »

Il commence avec un plan sur une couverture de comic book dessinée un peu à la manière des comics d’horreur qui fleurissaient en Amérique dans les années 50, et nous annonce que ça va parler du « Grand Mutato ».

x-files

Et là, surprise, la page passe en noir et blanc et nous nous retrouvons plongés dans un univers à mi chemin entre la banlieue Burton-ienne dans Edward Aux Mains d’Argent, et une ambiance étrange, grotesque et absurde rappelant les grands jours de la série La Quatrième Dimension.

Le premier acte nous dévoile des faits étranges dans une petite bourgade paumée, des grossesses monstrueuses et non désirées, des savants fous, des habitants obsédés par Jerry Springer et des évanouissements sur fond de Cher (la meuf dans Sonny & Cher).

Je ne veux pas trop vous en dire pour ne pas gâcher la surprise à nos jeunes lecteurs qui sont passés à côté de ce chef d’oeuvre télévisuel absolu, mais ouais, c’est juste énorme les références qu’on trouve, ce malaise très proche de ceux qu’on peut trouver dans les films d’horreurs de la jeunesse de nos parents, ces angles de caméra surréalistes (tout l’épisode est tourné en grand angle), le jeu sur la lumière, le tout allié à une utilisation savante de l’humour et du couple de détectives qu’on adore tous (sinon ça veut dire que vous êtes des cacas puants).

The_Great_Mutato_Dance-X-Files

Je reviens juste sur le titre vite fait, parce que je pense qu’il est rare qu’une oeuvre soit nommée de manière aussi juste par rapport à sa thématique et son contenu narratif.

En effet, multipliant les références à Frankenstein, livre dont le sous titre est « Le Prométhée Moderne », l’épisode brasse en parallèle des références puisées dans toute l’étendue de la pop culture des années 90 et devient ainsi une oeuvre post-moderne par excellence, tel le Prométhée dont il parle.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, je ne remercierai jamais assez Chris Carter d’avoir écrit ce fantastique épisode, d’avoir crée cette fantastique série, et de nous avoir donné ces merveilleux personnages.

Et quoi que diront les haters, une part de moi espérera toujours que la prochaine saison soit bonne.

Je vous fais des poutous et des câlins.